Nesweletter Contenu

Blog

Maison Bois d'Architecte / Articles  / Construire en bois, des économies garanties

Construire en bois, des économies garanties

Une construction bois mise en œuvre dans les règles de l’art permet de réaliser des économies conséquentes. Un retour sur investissement appréciable dans la gestion d’un budget public.

Le coût d’un bâtiment ne se réduit pas à celui de sa conception et de sa réalisation. Il comprend aussi son futur fonctionnement qui représente, à lui seul plus de 80 % des dépenses totales (hors foncier et frais financiers). La prise en compte de ce coût global est un paramètre incontournable dans le choix d’une construction. En effet il impacte directement la bonne gestion des deniers publics.

Les bâtiments en bois représentent par les économies qu’ils engendrent, un investissement global performant et un patrimoine foncier qui ne se dévalue pas.

Plus d’espace pour le même prix

Les qualités mécaniques du bois autorisent des portées plus grandes et des murs moins épais. Résultat : à emprise égale, la construction gagne de 4 à 6 % de surface utile, soient 8 m² supplémentaires pour une surface brute de 120 m² !

Des économies d’énergie très significatives

Les propriétés isolantes du bois permettent d’atteindre aisément et même de dépasser les exigences actuelles en matière d’isolation. Les économies de chauffage ainsi réalisées, tant sur l’investissement que sur le fonctionnement, atteignent 20 à 30 % par rapport à une construction maçonnée. Cette économie de plusieurs dizaines de milliers d’euros, tout au long de la vie du bâtiment, impacte très positivement le coût global de la construction.

Des frais d’entretien limités

Tous les éléments de structure du « gros œuvre bois » qui sont situés à l’abri ou à l’intérieur du bâtiment ne nécessitent aucun entretien particulier. Les bois utilisés en extérieur sont choisis et mis en œuvre de façon à résister naturellement sans entretien particulier. Dans le cas où l’aspect « neuf » d’une façade bois est souhaité, la diversité et la qualité actuelle des revêtements disponibles sur le marché réduisent considérablement les coûts d’entretien et vont vous faire faire des économies considérables.

Construction : s’ouvrir à de nouvelles perspectives

De par sa légèreté, le bois s’adapte aux terrains les plus difficiles. En effet, une poutre de 3 m de portée pèse environ 60 kg en bois, contre 80 en acier et 300 en béton. D’autre part, il est approximativement 12 fois plus isolant que le béton. Le volume d’une structure en bois est par conséquent fortement moindre que celui d’une carcasse de parpaings.

Bien souvent, le bois passe là où le béton échoue. Voici quelques exemples de configurations bois possibles sur terrains difficiles :

  • Sol sablonneux : pilotis partiels ou sur l’ensemble des modules.
  • déclivité : construction ancrée puis s’étirant en porte à faux.
  • Contrebas : construction en paliers.
  • Vis-à-vis : construction en L ou en U avec patio.
  • Espace tout en longueur : construction fine à toiture courbe, aveugle côté vis-à-vis.
  • Terrain fortement boisé : construction en modules à toiture-terrasse…

Que le lot soit accidenté ou difficile d’accès, le concepteur bois adapte la construction à la topographie et à la végétation en place :

  • En construction maçonnée, le terrain est d’abord déboisé, remodelé puis aplani afin de recevoir une construction profondément coulée. Cette approche nie la spécificité du lot.
  • En construction bois, le prescripteur « utilise » les contraintes topographiques et végétales du terrain, et façonne l’identité unique de la future construction.

 

Le bois, un matériau « tout terrain »

Par sa souplesse et sa légèreté, le bois permet de réaliser les projets d’agrandissement les plus audacieux, en plan comme en élévation. Et il s’impose sans heurt, là où nul autre matériau ne pourrait aller…

administrateur

No Comments

Post a Comment

})(jQuery)