Nesweletter Contenu

REVÊTEMENT EXTÉRIEUR :

 

 

Après de nombreuses années d’absence, le revêtement bois revient en force. Le plus ancien matériau de construction vit une véritable renaissance grâce à ses atouts esthétiques. Il devient le matériau privilégié de l’architecture contemporaine.

 

Le revêtement extérieur est une partie intégrante

 

de l’enveloppe du bâti

 

L’enveloppe du bâti est formée de la paroi extérieure et de la toiture. La limite extérieure de la paroi est constituée en façade par le revêtement.  Elle est aussi la protection principale contre les influences extérieures. Elle doit répondre aux exigences aussi complexes que la protection contre les intempéries et celles de la meilleure performance thermique et acoustique. Lors de la conception du bâti, les matériaux employés doivent être examinés et choisis en fonction de leur capacité à satisfaire les exigences fixées.

Les fonctions du revêtement extérieur

Il doit répondre à 3 critères essentiels

  • Protéger l’enveloppe des intempéries (neige, pluie, vent, soleil …)

Dans le cas de la pluie le revêtement doit pouvoir sécher rapidement. Cela implique une conception et une mise en oeuvre  conforme au DTU en vigueur. Dans le cas de bardage en bois à claire voie, la protection n’étant pas  intégralement remplie, le pare pluie joue un rôle plus déterminant que dans le cas d’un bardage bois continu.

  • Résister aux chocs

Pour assurer la sécurité des personnes il est indispensable que le revêtement extérieur  supporte les chocs exceptionnels ou accidentels  (grêle, coup de ballon….).

  • Satisfaire l’aspect esthétique

Il varie en fonction des essences, de la disposition des lames ou des panneaux, du traitement des surfaces et des finitions. De ce fait chaque façade bois est unique.

 

MATÉRIAUX, TEXTURES ET SURFACES

 

Lames en clins ou profilés, panneaux ou bardeaux, seuls ou associés à d’autres matériaux, les solutions en bois offrent de multiples possibilités et apportent une nouvelle liberté dans la composition des façades.

Comment choisir

 

A chaque projet les critères de choix du parement extérieur doivent être adaptés à la spécificité de la situation du programme de construction.

  • Exigences techniques et réglementation

Pour assurer la durabilité et la sécurité de l’ouvrage en termes de stabilité mécanique et de résistance au feu, il est nécessaire de se référer aux DTU 41.2 et 31.2.

  • Coût et entretien

Les coûts à considérer lors du choix doivent être appréhendés de façon globale. Il ne suffit pas d’inclure seulement ceux liés aux matériaux et à la mise en œuvre, il faut aussi penser à l’entretien au cours de sa durée de vie. Tout type de revêtement avec ou sans finition a besoin d’un entretien plus ou moins régulier.

  • Esthétique

Le choix du revêtement est défini pour obtenir l’apparence globale souhaitée. Le maître d’ouvrage lui accorde une importance particulière et l’architecte peut proposer une multitude de formes, de structures, de textures et de couleurs.

  • Situation et géométrie du bâtiment

Les conditions climatiques sont très différentes d’une région à l’autre. L’altitude, la proximité de la mer et l’orientation du bâtiment par rapport aux vents dominants sont autant d’éléments à prendre en compte. Pour éviter des pathologies ultérieures,  les revêtements bois sont déconseillés dans les cas d’expositions très défavorables. Il faut éviter les desséchements trop rapides, ainsi que de longue durée avec une teneur en eau supérieure à 20%.

  • Considérations environnementales

Pour une empreinte environnementale minimum, il faut s’assurer que le bois est issu de forêts durablement gérées (labels FSC/PEFC), il faut également être attentif aux impacts sur l’environnement à toutes les étapes de leur cycle de vie. Quant à son aptitude à une réutilisation ou à un recyclage en fin de vie, les produits de finition ou de traitement sont particulièrement concernés. Pour atteindre la durée la plus élevée, il faut avoir le souci d’assurer une bonne qualité constructive et de mise en œuvre.

  • Les types de revêtement

Lames de bois massif ou contrecollé en sapin, épicéa, mélèze, douglas, châtaignier, red cedar… Panneaux dérivés du bois contreplaqué, panneaux trois plis, panneaux bois ciment ou fibre ciment…. Bardeaux en bois sciés fendus en mélèze, châtaignier.

REVÊTEMENT BOIS ET DURABILITÉ

 

Pour obtenir la durée de vie attendue et déterminer la classe d’emploi, il est nécessaire d’identifier les conditions d’exposition et choisir en conséquence une conception de bardage adaptée.

 

Les classes d’emploi

 

Le bois faut-il le rappeler est un matériau naturel et vivant qui s’altère sous l’action des agents biologiques notamment les moisissures et les insectes.  Le risque d’attaque biologique dépend de l’exposition du bois à l’humidité.

Pour les revêtements extérieurs, selon l’exposition du bois à l’humidité on choisira parmi trois classes d’emploi.

  • Classe d’emploi 2 : Bois sec dont la surface est humidifiée temporairement. L’humidité doit toujours être inférieure à 18%
  • Classe d’emploi 3 : Bois soumis à des cycles alternant humidité/ sécheresse
  • Classe d’emploi 4 : Bois exposé en permanence à l’humidification. L’humidité peut être supérieure à 20%

Les classes selon l’emploi

  • Les lames destinées à être posées  verticalement, avec ventilation et drainage sont de la classe d’emploi 2
  • Les lames posées horizontalement sont selon le DTU 41.2 de classe d’emploi 3. Pour les façades non exposées aux intempéries dominantes, on peut les considérer comme classe d’emploi 2
  • Les lames posées à moins de 200 mm du sol sont affectées à la classe d’emploi 4

 

Durabilité des essences

Les essences suivantes purgées d’aubier  peuvent être utilisées sans traitement

  • en pose verticale: pin maritime, pin sylvestre, mélèze, douglas, western red cedar, châtaignier et chêne
  • en pose horizontale en façade exposée : mélèze, douglas, western red cedar, châtaignier et chêne. Avec traitement classe 3 : sapin blanc, épicéa,  pin maritime et pin sylvestre
  • en pose horizontale en façade non exposée : pin maritime, pin sylvestre, mélèze, douglas, western red cedar, châtaignier et chêne

LE CHANGEMENT D’ASPECT

 

Les parements extérieurs en bois non traités et sans finitions ne nécessitent que peu d’entretien. On constate que beaucoup de façades en bois restent intactes lorsqu’elles on été mises en œuvre selon les règles de l’art.

 

Le revêtement et ses changements d’aspect

 

Il faut savoir que les surfaces de bois laissées naturelles subissent selon l’exposition aux intempéries et selon les essences un changement de couleur allant du brun clair au gris foncé.

Culturellement en France on reste très attaché à la couleur initiale de l’essence, cela n’est pas le cas dans les autres pays européens voisins.

Cette modification de couleur des bois non traités  se produit suite à l’alternance du soleil (UV) et au délavement par l’eau de pluie. La surface du bois lorsqu’elle est encore humide se couvre de champignons décolorants. Ce phénomène naturel est uniquement superficiel.  A la longue les intempéries délavent surtout les parties molles d’environ 1mm tous les dix ans.  La surface prend l’aspect d’un bois sablé.

A ses débuts le processus de changement d’aspect n’est pas uniforme, on peut remédier à cette contrainte naturelle en anticipant par l’application sur l’ensemble des façades d’un saturateur gris.

Des débords de toiture limiteront le délavage par l’eau de pluie, le bois exposé uniquement au soleil prend alors généralement une teinte brune.

 

FINITION ET ENTRETIEN:

 

UN LARGE CHOIX DE PRODUITS

 

Pour les maîtres d’ouvrage qui souhaitent avoir un aspect de façades non naturel, il est nécessaire d’appliquer une finition qui aura la double fonction de protéger le bois des UV et de la pluie et surtout d’assurer la décoration du revêtement. Elle peut également assurer la protection contre les champignons et les insectes.

 

Le choix du type de finition

 

  • Les lasures

Elles forment un film transparent ou semi transparent non étanche à la vapeur d’eau laissant visible la texture du bois. Plus il y a de pigment dans la composition de la lasure, meilleure sera la protection aux UV.

  • Les peintures

Si elles sont brillantes, elles forment un film généralement étanche à la vapeur d’eau, sauf si elles sont microporeuses. Elles font disparaître la texture du bois.  Il est également judicieux de vérifier la compatibilité avec l’essence de bois. En effet certaines essences comme western red cedar, le chêne ou le châtaignier sont acides alors que d’autres espèces présentent des tanins anti oxydants.

  • Les saturateurs

La majorité donne provisoirement un aspect brun à la surface du bois ; il peut être gris ou légèrement coloré. Ils agissent comme des teintures imprégnant la fibre du bois. Pour conserver l’aspect dans le temps, il est nécessaire de renouveler l’application fréquemment.

Le choix de l’état de surface.

L’état de surface du revêtement bois apporte des aspects différents selon qu’il est brut de sciage, raboté ou brossé. Chaque état donne un aspect différent qui peut être apprécié surtout lorsque le bois est laissé sans finition. Lorsque l’on choisit une finition, il faut que la préparation de surface soit la plus appropriée à la finition afin d’assurer une adhésion optimale.

La mise en œuvre des finitions.

La mise en œuvre des peintures et des finitions sur un support doit être conforme aux prescriptions du DTU 59.1.
La plupart nécessitent l’application de plusieurs couches de produit (en moyenne trois) qui devra être adaptée au support. Le respect rigoureux de la notice du produit permet d’obtenir sa pérennité optimale.
Pour le cas des panneaux de bois, ces derniers doivent recevoir une finition sur les six faces. Dans le temps, plus le panneau est stable dimensionnellement, moins la finition sera sollicitée  et  plus stable sera sa durabilité.

Entretien

 

Les finitions perdent leurs qualités d’aspect et de protection au cours du temps. Elles nécessitent un entretien régulier. Si ce dernier n’est pas réalisé correctement, cela obligera de procéder à une rénovation.

L’entretien et la rénovation sont très souvent confondus. La différence se fait au regard de la lourdeur des travaux que chacun d’eux nécessite ; en effet la rénovation fait l’objet de  travaux plus lourds que l’entretien.

Tout type de revêtement avec ou sans finition nécessite un entretien régulier qui consiste en un contrôle des fixations, des joints et de la lame d’air de ventilation.

Côté finition, l’évolution des produits a permis de réduire la fréquence d’entretien. Comme nous l’avons précisé dans le chapitre – finition-,  la pérennité de cette dernière dépend de plusieurs paramètres. Une prise en charge précoce des premiers signes d’altération ou autres petits dégâts garantit un assainissement rapide de la situation pour un coût raisonnable.

Download
Fiche-technique-Bardage-Ideo.pdf
Document Adobe Acrobat [700.8 KB]
Download
Fiche-technique-Bardage-Extra.pdf
Document Adobe Acrobat [650.5 KB]
Download
Façades.pdf
Document Adobe Acrobat [1.4 MB]
Download
ENDUIT SUR BOIS.pdf
Document Adobe Acrobat [292.4 KB]
Download
Chaux aériennes.pdf
Document Adobe Acrobat [5.1 MB]
Download
BardageCedral.pdf
Document Adobe Acrobat [4.6 MB]
})(jQuery)