Abonnez-vous à notre newsletter

* Champ requis

Blog

Maison Bois d'Architecte / Articles  / Crédit immobilier : Taux particulièrement bas, mensualité allongée en moyenne et demande d’apport en augmentation
Crédit immobilier : Taux particulièrement bas, mensualité allongée en moyenne et demande d’apport en augmentation

Crédit immobilier : Taux particulièrement bas, mensualité allongée en moyenne et demande d’apport en augmentation

En matière de prêt immobilier, 2021 est sans doute l’une des années les plus favorables aux emprunteurs. Et pour cause ? Les conditions d’octroi de crédit sont plus souples sans parler des taux d’intérêt très attractifs. Zoom sur le sujet.

Les taux d’emprunt toujours à un niveau historiquement bas

Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, le taux de crédit moyen le plus bas a été enregistré au mois du juin : 1,18 % sur 25 ans. En d’autres termes, il n’a jamais été aussi facile et si peu onéreux pour les emprunteurs d’obtenir un prêt à l’habitat sur des durées aussi étendues. En 2020, le taux moyen d’emprunt sur 25 ans s’élevait à 1,65 %, soit une baisse de 17 points.

Les chutes des taux ne concernent pas uniquement les prêts longue durée. Les taux moyens proposés par les établissements bancaires tournent par exemple autour de 0,99 % sur 20 ans et 0,86 % sur 15 ans.

Les emprunteurs au profil impeccable pourront emprunter à moins de 1 %, quelle que soit la durée d’emprunt : 0,50 % sur 15 ans, 0,80 % sur 20 ans et 0,95 % sur 25 ans.

Les conditions d’octroi de prêt immobilier assouplies en 2021

Le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), l’organisme chargé du suivi de la stabilité du système financier dans l’Hexagone a décidé d’assouplir les conditions d’octroi de crédit immobilier pour permettre aux établissements bancaires de redynamiser leurs activités.

En janvier, le HCSF a notamment fixé, par recommandation, le taux d’endettement maximal à 35 % (assurance incluse) contre 33 % auparavant. Il s’agit de la part du revenu de l’emprunteur qui sera dédiée au remboursement du prêt.

Il a également été décidé que la durée d’emprunt ne doit pas excéder 25 ans. Toutefois, un ménage qui a financé un projet immobilier dans le neuf ou un projet d’achat sur plan via crédit, nécessitant un différé, se verra accorder une durée d’emprunt de 27 ans.

Du côté des banques, la marge de manœuvre a été portée à 20 % au lieu de 15 %. Autrement dit, 20 % des dossiers peuvent déroger à ces nouvelles règles. Ces exceptions seront surtout profitables aux primo-accédants ainsi qu’aux acquéreurs de logement principal.

Hausse de l’apport moyen : un frein à l’octroi de crédit immobilier ?

En 2020, les établissements bancaires demandaient un apport minimum de 10,2 % pour accorder un prêt. Pour rappel, il sera utilisé pour couvrir les charges liées aux droits de mutation ainsi que la garantie du crédit. Aujourd’hui, l’apport doit être à hauteur de 15 % du montant du prêt.

Cette mesure a été imposée par le HCSF afin de réduire les mensualités. Le fait est que les emprunteurs, dont les revenus équivalent à 3 fois le SMIC et qui représentent 36 % des emprunteurs ne peuvent pas se permettre d’augmenter leur apport. Depuis la mise en place de cette recommandation contraignante du HCSF, le nombre de prêts octroyés à ces profils a chuté de 24 %. Ce sont les emprunteurs, dont les revenus s’élèvent à 5 fois le SMIC (28 % des emprunteurs) qui ont la possibilité d’augmenter leur apport sans problèmes et ainsi avoir l’assurance de réaliser leur projet.

administrateur

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

})(jQuery)